Les actualités du Préfet de police

La police de sécurité du quotidien : un an après

 
 
La police de sécurité du quotidien : un an après

La police de sécurité du quotidien : un an après

La police de sécurité du quotidien fête ses un an le 8 février 2019.

Engagement du président de la République, la police de sécurité du quotidien a été lancée le 8 février 2018. Elle vise à replacer le service du citoyen au cœur de l’action des forces de sécurité. C’est une police « sur mesure » qui s’adapte aux attentes de la population et aux besoins du territoires. Un an après, de premiers résultats sont visibles sur le terrain

Une présence renforcée

La présence de la police et de la gendarmerie sur la voie publique a été renforcée : 100 gendarmes supplémentaires ont été affectés dans vingt départements. Quinze quartiers de reconquête républicaine ont été créés en 2018 et trente autres seront créés en 2019 (au lieu de quinze initialement annoncés).

De plus, des patrouilles pédestres ont été encouragées, des brigades de contact et des unités en vélos tout terrain ont été créées pour faciliter la prise de contact et la proximité avec les habitants. De même, plusieurs réunions avec les commerçants et habitants ont été réalisées pour recueillir leurs attentes et présenter l’action de la police et de la gendarmerie. L’accueil des victimes dans les commissariats a été amélioré. Les horaires d’ouvertures ont par exemple été adaptés pour mieux tenir compte du rythme de vie des Français.

Enfin, les patrouilles conjointes mises en place avec la police municipale permettent un meilleur maillage du territoire. Sur cette lancée, une expérimentation se déroule actuellement dans onze villes de France pour permettre aux polices municipales de disposer d’un accès direct aux fichiers des permis de conduire et des immatriculations.

Une lutte contre les trafics et la radicalisation accentuée

Des cellules de lutte contre les trafics ont été mises en place dans les quartiers de reconquête républicaine pour définir des stratégies de démantèlement des réseaux et améliorer l’articulation entre polices administrative et judiciaire.

Des plans de lutte contre la radicalisation ont également été mis en place dans quinze quartiers particulièrement touchés par ces phénomènes.

Le numérique comme outil de la police de sécurité du quotidien

Les forces de sécurité ont développé des services innovants au profit des usagers comme la brigade numérique de la gendarmerie, et aussi des outils de signalement en ligne comme la plate-forme Perceval pour les achats frauduleux en ligne ou encore la plate-forme de signalement des violences sexuelles et sexistes  . Ces téléservices permettent de simplifier les démarches pour les usagers et répondent à des enjeux de sécurité actuels.