L'actualité de la sécurité routière

Abaissement de la vitesse maximale à 80km/h sur les routes secondaires

 
 
Abaissement de la vitesse maximale à 80km/h sur les routes secondaires

Opération de contrôle à visée pédagogique à Gémenos

Depuis le dimanche 1er juillet, la mesure d’abaissement des limitations de vitesse à 80km/h sur les routes à double sens, sans séparateur central et en dehors des agglomérations, est entrée en vigueur. Selon la délégation à la sécurité routière, cette mesure, qui s’applique sur les routes secondaires où la mortalité routière est la plus élevée, pourrait sauver entre 300 et 400 vies par an au niveau national et contribuerait ainsi à l’objectif de 2000 morts sur les routes de France à l’horizon 2020. Il s’agit également de réduire le nombre de blessés, en particulier de blessés graves, liés aux accidents de la route tout en limitant au maximum les émissions polluantes. Afin de sensibiliser les automobilistes sur cette réduction de la vitesse, Olivier de MAZIÈRES, préfet de police des Bouches-du-Rhône, et le colonel Benoît FERRAND, commandant le groupement de gendarmerie départementale, se sont rendus sur une opération de contrôles sur la commune de Gémenos le 4 juillet dernier.

Le préfet de police a ainsi pu échanger avec les forces de l’ordre sur l’application d’une telle mesure sur le terrain et a rappelé la nécessité et le fondement d’une telle disposition. Sur place, les gendarmes ont contrôlé les automobilistes, tout en privilégiant une approche pédagogique et bienveillante. Les efforts conduits par les forces de l’ordre dans les Bouches-du Rhône ont conduit à une baisse de 4% de la mortalité routière en 2017 après trois années de stabilité. Au 2 juillet 2018, le nombre tués sur les routes s’élève à 43, soit 11 de moins qu’en 2017 à la même date. La mesure d’abaissement de la vitesse à 80 km/ devrait permettre de poursuivre la réduction du nombre de tués, mais aussi des blessés, qui sont déjà en baisse de 13% au 3 juillet. Rappelons que la vitesse est la 1e cause de mortalité en France et est à elle seule responsable de 42% des accidents mortels survenus dans le département depuis le début de l’année, soit 19 décès.