La situation dans les Bouches-du-Rhône

 
 
logo2

Le territoire des Bouches-du-Rhône, occupant 5 087 km2, apparaît à la fois contrasté et compartimenté :

  • contrasté entre plaines, chaînes et bassins, entre régions sèches et régions humides,
  • compartimenté entre bassins séparés par des reliefs aux pentes accentuées, mais aussi à l'Ouest par les bras du delta du Rhône et les zones humides associées.

Les 119 communes du département accueillaient en 2011 une population de 1 975 896 habitants. Les 49 communes regroupées au sein de l'unité urbaine d'Aix-Marseille rassemblent plus des trois quarts de la population départementale.

En 2011, le département représentait 784 395 emplois. Le développement de l'économie portuaire, de l'activité logistique, industrielle et de recherche (microélectronique, ITERInternational Thermonuclear Experimental Reactor ( réacteur thermonucléaire expérimental international ), aéronautique, pétrochimie...) côtoie une agriculture performante, et un potentiel touristique à valoriser.
Le département compte six pôles de compétitivités (PEGASE, EUROBIOMED, OPTITEC,CAPERNERGIES, SCS(Solutions Communicantes Sécurisées), PÔLES RISQUES).

La partie Ouest du département est composée de territoires distincts:

  • au Sud, la Camargue et la Crau, marquées par la présence d'écosystèmes spécifiques et d'une activité agricole soit très intensive (riziculture), soit très extensive (élevage, sel),
  • la partie Nord, délimitée à l'Ouest par le Rhône et au Nord par la Durance, regroupe la quasi-totalité des centres urbains,
  • Arles, la ville centre, est la troisième ville et le seul port fluvial du département.

A l'Est, l'aire urbaine de Marseille - Aix-en-Provence est une zone très dense, avec 542,3 hab./km² en moyenne. La géographie physique y est très compartimentée.
Entre chaînes de montagne, étang de Berre et littoral très découpé et les empiétements territoriaux de l'urbanisation, l'occupation humaine s’est concentrée dans les bassins et vallées, notamment de la Touloubre, de l'Arc et de l'Huveaune, en contact avec des massifs forestiers. Des zones d'habitat dispersé se sont également développées au sein des unités naturelles boisées.

L'attractivité du département, la densité du patrimoine naturel et un mode de développement très consommateur d'espace alimentent une pression foncière qui se renforce au fil du temps. Ce territoire est très marqué par la présence de risques naturels intensifiés par la géographie physique et le régime climatique méditerranéen. S’y ajoutent les risques technologiques liés aux multiples activités humaines qui s’y développent et aux déplacements qu’elles génèrent.