Exercice "ORSEC TSUNAMI" - Jeudi 4 novembre 2021

 
 
Exercice "ORSEC TSUNAMI" - Jeudi 4 novembre 2021

Jeudi 4 novembre 2021, un exercice "ORSECOrganisation de la Réponse de Sécurité Civile Tsunami" aura lieu en mode état-major (sur table), auquel participeront les communes de Cassis, Fos-sur-Mer, Marseille, Martigues, ainsi que la Métropole Aix-Marseille-Provence, des exploitants industriels (Elengy-Cavaou, Esso-Fos, Fluxel-Fos, Plateforme pétrochimique de Lavéra) et des opérateurs "réseaux" (EDFÉlectricité de France Martigues-Ponteau, ENEDIS et RTERéseau de transport d'électricité).

Toutefois, les sirènes SAIP (Système d’Alerte et d’Information des Populations) situées à Fos-sur-Mer, Martigues, Port-de-Bouc et Port-Saint-Louis-du-Rhône retentiront, et émettront durant une minute et quarante-et-une seconde, le signal d’alerte indiquant à la population avoisinante de se mettre à l’abri.

L'exercice

La façade méditerranéenne de la France est exposée au risque tsunami causé par un séisme proche. Le Siracedpc de la Préfecture des Bouches du Rhône (Service Interministériel Régional des Affaires Civiles et Economiques de Défense et de Protection Civile) a élaboré en "interservice" élargi à des partenaires universitaires, une procédure opérationnelle visant à renforcer le circuit de l’alerte Tsunami, de son déclenchement jusqu’à sa fin effective. Cette procédure, rattachée au dispositif ORSEC départemental, a ensuite été déclinée par les communes et exploitants industriels.

♦ Les objectifs 

Les objectifs principaux de cet exercice, outre la chaîne d’alerte, seront de tester les procédures de mise à l’abri des personnes et de mise en sécurité des installations industrielles. Il a également pour but de sensibiliser la population sur les réflexes à adopter face à une situation de ce type.

exo-01-01

Le phénomène des tsunamis

♦ Qu'est-ce-qu'un tsunami ?

shema-4

Un tsunami est provoqué par un séisme sous marin ou côtier se produisant à faible profondeur (moins de 50 km de profondeur) et possédant une magnitude d’au moins 6,5. L’amplitude du tsunami généré augmente avec la magnitude du séisme. A partir d’une magnitude 8, le séisme peut générer un tsunami potentiellement dévastateur au niveau d’une mer ou d’un bassin océanique. Les séismes dont la magnitude dépasse 8,7 comme celui du Japon du 11 mars 2011 et celui de Sumatra du 26 décembre 2004 (Mw 9,2) induisent des tsunamis majeurs qui provoquent des inondations le long des côtes de tout le bassin océanique concerné.

>> En savoir plus sur le phénomène des tsunamis

♦ Les signes annonciateurs

Une secousse puissante ou prolongée, un bruit sourd et inhabituel ou encore une chute rapide du niveau de la mer ou le retrait rapide de la mer sont des signes naturels avant coureurs de l’arrivée imminente de vagues de tsunami.

Dans ce cas, évacuez rapidement les bords de mer sans attendre la diffusion d’une alerte officielle !

Les bons réflexes à adopter en cas d'alerte Tsunami

image1
Éloignez-vous rapidement à pied des bords de mer (plages, ports...) jusqu’à atteindre un point haut.
Montez dans un immeuble accessible au-delà du premier étage. En dernier recours, grimpez à un arbre.
image2
Respectez les consignes des autorités
image3
Ne prenez pas la voiture
image4
Si vous êtes en mer, dirigez-vous vers le large
image5
Restez en lieu sûr jusqu'à ce que les autorités déclarent tout danger écarté, ce qui peut prendre de nombreuses heures.

♦ Les fiches réflexes

Fiche réflexe en français Fiche réflexe en anglais

Cliquez sur l'image pour agrandir et sur le drapeau pour télécharger la fiche dans la langue de votre choix

  Le groupe de travail "tsunami Arc Méditerranéen" a produit une fiche réflexe "volet tsunami du Plan Communal de Sauvegarde (PCS)" accompagnée de son annexe détaillée à télécharger ici .

 

Les Systèmes d'Alerte et d'Information des Populations (SIAP)

Lors d'une catastrophe naturelle ou technologique aux conséquences graves pour la population, les autorités publiques s'appuient sur l'organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC).

Le citoyen est au centre de ce dispositif. La protection des personnes est, bien sûr, la première des priorités des services de secours. L'implication de chacun est cependant indispensable au bon déroulement des opérations en situation d'urgence. Savoir réagir efficacement en cas d'alerte ou face à un sinistre, c'est faciliter l'action des secours et contribuer à la réduction des conséquences des crises.

Pour cela, il est primordial de savoir reconnaître le cycle d’1 minute et 41 secondes répété trois fois par les sirènes d’alerte. Encore faut-il alors adopter les comportements réflexes de sauvegarde adéquats : se mettre en sécurité, s’informer, ne pas aller chercher ses enfants à l’école et ne téléphoner qu’en cas d’urgence vitale.

>> En savoir plus sur les SIAP