Gestion et amélioration de l’état écologique de l’Étang de Berre N°1

 
 
étang de berre

Les acteurs publics intéressés à la gestion et l’amélioration de l’état écologique de l’Étang de Berre, État, Gipreb, Syndicat mixte d’aménagement de la vallée de la Durance (SMAVD), et EDF , concessionnaire des aménagements des équipements hydro-électriques de la Durance dont la centrale de Saint-Chamas, se sont réunis en comité de suivi le 10 mai 2021 à la sous-préfecture d’Istres. Ils sont convenus qu’EDF et le SMVAD opéreront à partir du mois de juin 2021 une transmission systématique et préalable à l’État et au Gipreb des événements susceptibles d’impacter le milieu aquatique de l’Étang de Berre. Un point d’échange hebdomadaire sera organisé sur la période de juin à septembre. Les éléments résultant de ces échanges seront portés à connaissance du public sur le site internet de la préfecture des Bouches-du-Rhône.

21 juin 2021 : Travaux sur la Durance, activités de l’usine hydro-électrique de Saint-Chamas et surveillance de l’Étang de Berre pendant la période estivale 2021

Le SMAVD conduit des projets de protection contre les érosions sur les communes de Noves (13) et Châteaurenard (13) dont les travaux seront menés à l’été 2021. LE SMAVD a fait connaître que ces travaux ne génèrent pas de contraintes vis-à-vis des conditions de rejets d’eau douce ou de limons vers l’Étang de Berre.

10 juin 2021 : signalement du Gipreb et réponse d’EDF

Le Gipreb signale que « la situation de l'étang de Berre s'est fortement dégradée au cours du dernier mois avec l'installation d'une stratification marquée (15 points de différence de salinité entre le fond et la surface) et des anoxies déjà conséquentes en zone profonde. A cela est venue s'ajouter depuis une semaine l'élévation de la température de l'eau de plusieurs degrés. La situation est donc déjà préoccupante en ce début d'été ». Le Gipreb a fait part dans ce contexte de sa grande préoccupation devant « des lâchers d’eau douce importants chargés de limons opérés à la fin du mois de mai et début juin. »

En retour, EDF a souhaité faire connaître que « Dans le cadre des missions de production d’électricité qui lui sont confiées, dans le strict respect des quotas liquides, sédimentaires et de salinité en vigueur, et avec une vigilance continue, les activités de la centrale de Saint-Chamas du début de mois de juin ont répondu à la nécessité de gérer les apports hydriques importants intervenus lors des épisodes de crue des jours précédents ainsi qu’à une forte tension sur le marché électrique. Les eaux turbinées vers l’étang ont été davantage visibles du fait des sédiments apportées par les crues de la Durance, bien qu’EDF ait pris le soin d’arrêter la centrale de St Chamas dans les périodes les plus turbides ».

À la date de ce turbinage opéré à partir du 24 mai, la procédure d’information préalable n’avait pas été mise en place.